Product comparision (0)
Généralités

Aération en hiver: les bons réflexes

Par Willi Wescoli
17 août 2020
0

Il faut régulièrement aérer les locaux, surtout en hiver. Certes, vivre au chaud fait partie du confort, mais il faut aussi aérer pour maintenir le confort à son niveau optimal. Sinon l’air devient irrespirable, le taux d’humidité devient excessif, et le risque de prolifération des moisissures s’accroît.

Voici nos conseils pour adopter les bons réflexes, ceux qui vous tiendront chaud tout en conservant un confort agréable et même en réduisant les frais de chauffage.

Les bons réflexes pour aérer

De manière générale, les locaux habités doivent être aérés au moins trois à cinq fois chaque jour. Après la cuisine, la douche, la lessive, il faut aérer pour évacuer les excédents d‘humidité. Aérer signifie renouveler complètement l’air intérieur. Le plus simple, c’est de créer une aération transversale en ouvrant des fenêtres opposées pendant environ 5 minutes. C’est la meilleure méthode pour renouveler complètement l’air et évacuer les excédents d‘humidité. L’aération intermittente est une bonne variante s’il n’y a pas de fenêtres opposées. Il faut également ouvrir la fenêtre en grand et non seulement l’ouvrir en soufflet. Cette méthode d’aération prend un peu plus de temps que l‘aération transversale. Il faut à tout prix éviter une aération permanente en ouvrant les fenêtres en soufflet. Cette méthode engendre des pertes d’énergie considérables et les murs de façade peuvent se refroidir au point de détériorer le bâti.

Si vous n’êtes pas à la maison pendant la journée parce que vous êtes au travail, le mieux est d’aérer deux fois par jour, une fois le matin avant de partir et une fois le soir avant d’aller dormir.

Aérer avec les bons réflexes et faire des économies de chauffage

En hiver, l’important est de bien aérer et de bien chauffer aussi.
Les règles d’aération sont simples: aération transversale ou intermittente de brève durée, pas d’aération permanente. Il est recommandé de chauffer tous les locaux à la même température et de fermer les portes des locaux plus frais. Il ne sert à rien de mettre le chauffage à zéro lorsqu’on n’est pas à la maison. L’appartement se refroidit pendant votre absence, et si vous réglez le chauffage sur maximum en arrivant pour le remettre à bonne température, cela consomme beaucoup plus d’énergie que si le chauffage est maintenu à température modérée pendant toute la journée.

Qualité optimale du confort intérieur

 

Le confort intérieur réunit les conditions physiques qui déterminent le confort d’habitation. Il dépend de la température des locaux et du taux d‘humidité. Nous percevons immédiatement une variation de température, ce qui n’est pas le cas pour un taux d’humidité trop élevé ou trop bas. Mais ce taux d’humidité a une incidence sur la santé et mérite d’être surveillé. Nous recommandons d’installer un hygromètre à cet effet.

L’air chaud peut absorber davantage d’humidité que l’air froid. Par conséquent, l’humidité de l’air est plus élevée en été qu’en hiver, quand les températures descendent en dessous de zéro degré. Le tableau suivant indique le taux d’humidité de référence selon la saison et le type de local. Le confort intérieur s’obtient en modulant l’aération en fonction du taux d’humidité dans l’air intérieur. Ce comportement vous permet de rester dans les plages définies ci-après.

 trop basidéalen ététrop élevé
Espace de séjour< 39%40 - 60%40 - 45%> 60%
Espace de travail< 39%40 - 60%40 - 45%> 60%
Chambre à coucher< 39%40 - 60%40 - 45%> 60%
Salle d'eau< 49%50 - 70%50 - 55%> 70%
Cuisine< 49%50 - 60%50 - 53%> 60%
Cave< 49%50 - 65%50 - 55%> 65%

La catégorie Séjour inclut le salon, la chambre d’ami, la salle à manger et, de manière générale, tout local dans lequel vous passez du temps pour vous détendre durant la journée. Le taux idéal d’humidité se situe entre 40 et 60%. Il en va de même pour l’espace dans lequel vous travaillez en position essentiellement assise et pour la chambre à coucher.
A la cuisine et dans les salles d’eau, on admet un taux d’humidité légèrement supérieur. La limite supérieure de 70% est toutefois rapidement atteinte après une douche ou après avoir cuisiné ou lavé la vaisselle.

A la longue, l’air trop sec a un effet irritant sur les muqueuses, fait pleurer les yeux et peut même provoquer des difficultés respiratoires. De même, l’air trop humide favorise la formation de moisissures, dont les effets sont nuisibles tant pour la santé que pour le bâti.

Taux d’humidité dans les habitations en hiver

En hiver, quand il fait froid dehors, et bon chaud dedans, on a tendance à ne pas aérer, le corollaire étant que le taux d’humidité ne cesse alors d’augmenter. Un ménage de 4 personnes émet jusqu’à 12 litres de vapeur d’eau par jour. Une personne rejette à elle seule un litre d’eau, les autres apports d‘humidité étant la cuisine, la douche et les plantes d’agrément.

A partir de 65% de taux d’humidité, l’air devient lourd et inconfortable. Pour éviter cela, il faut aérer aussi en hiver. La méthode est simple: réduire le chauffage, ouvrir les fenêtres pendant cinq minutes environ pour obtenir une aération transversale, refermer les fenêtres et remettre le chauffage à bonne température.

La situation peut être inversée lorsque l’air chaud intérieur et l’air froid extérieur sont très secs. Dans ce cas, le taux d’humidité intérieur peut devenir insuffisant. Il faut le rétablir en laissant par exemple sécher la lessive dans l’appartement ou bien en cuisinant et en faisant la vaisselle avec les portes ouvertes, pour que l’humidité puisse se diffuser dans les autres pièces.

Conseil: Installez un hygromètre pour surveiller le taux d’humidité dans votre appartement.

Aérer dans les immeubles récents et dans les immeubles anciens

Les bâtiments anciens plutôt mal isolés se caractérisent par une déperdition de chaleur assez grande et des infiltrations d’air froid à travers les disjoints des murs et des fenêtres. Dans ce genre d’immeubles, il faut aérer brièvement pour ne pas alourdir encore davantage la facture de chauffage. C’est l’inverse dans les bâtiments récents. L‘enveloppe a été considérablement améliorée pour mieux retenir la chaleur à l’intérieur et empêcher les infiltrations d’air froid. Les fenêtres modernes multi-vitrage sont également devenues thermiquement plus efficaces. Mais il faut aérer plus souvent.

La règle d’or est simple: si vous observez de la condensation sur la face intérieure des fenêtres, il faut impérativement aérer. Plus il fait froid dehors, plus il faut aérer brièvement. L’important est de renouveler l’air pour que l’air intérieur humide soit remplacé par l’air extérieur sec. L’air chaud peut absorber davantage de vapeur d’eau que l’air froid.

L’aération en hiver: les bons réflexes en résumé

  • Aérer par intermittence ou transversalement au lieu d’aérer en continu avec des fenêtres en soufflet
  • Adapter la durée d’aération: plus il fait froid dehors, plus l’aération doit être brève
  • Aérer de suite si la condensation se forme sur les fenêtres
  • Aérer les salles d’eau après chaque bain ou douche
L'auteur

Willi Wescoli

Willi Wescoli est un employé de longue date de WESCO AG et soutient l'équipe en tant qu'expert dans toutes sortes de questions autour de la ventilation. La similitude entre son nom et celui de la société est une pure coïncidence. Les recherches dans l'arbre généalogique ont montré qu'il n'y a pas de relation maternelle ou paternelle.

0 Commentaires

Pas de commentaires

Écrire un commentaire

* Ces champs sont obligatoires